LOODZ

Sur toile, à cette époque,  Loodz peint uniquement avec des sprays, dans un style photo-réaliste, par goût de l’étude de cette technique.

A partir de 2010, il commence à montrer ses travaux et participe à ses premières expositions. Les retours sont plutôt positifs, mais lui, reste plutôt insatisfait. De là il opère un changement radical et se rapproche à nouveau de son premier amour, la bande dessinée. Il en gardera une technique de colorisation principalement en aplat, caractéristique de l’âge d’or des comics..

En 2012, Loodz à l‘occasion de voyager au Pérou. Fort impressionné par l’art des civilisations disparues, l’iconographie andine, le travail sur textile propre à la vallée sacrée ou encore le travail pictural des femmes Chipibo, Loodz revient évidement ‘changé’. Son travail devient dès lors plus abstrait. C’est aux côtés de l’artiste Pro 176, qu’il considérait déjà comme un maître du style, qu’il apprend à utiliser l’acrylique, ce qui lui permettra de faire un pas important dans ses recherches. Son univers tend clairement vers une esthetique futuriste et speculative, prolongement du graffiti qu’il defend.

Depuis 2016, Loodz collabore ponctuellement avec l’atelier d’encadrement ‘Olfraim’ qui lui permet de valoriser son travail.
Depuis septembre 2017, Loodz est représenté par la galerie ‘Superposition’ de Lyon.

Voici les 7 résultats