Interview #4 – Idys

Interview #4 – Idys

Issue du street art, Stéphanie Argentier aka Idys, est aujourd’hui plasticienne. Ses installations se composent de pièces aux couleurs pop, souvent gigantesques. Elle travaille une figuration libre et distordue, qui flirte avec des images et symboles subliminaux. Autodidacte, elle vit et travaille à Lyon.

Pour réaliser ses installations, Idys passe par deux techniques de « soft-sculpture » (type de sculptures faites de tissus, plastique, papier, fibres et autres matériaux similaires, qui sont souples et non rigides) : des volumes en tissus et des volumes en papier mâché. La technique du papier mâché, fort utilisée dans la culture populaire (particulièrement en Amérique Latine, mais aussi en Europe -Carnaval-), lui permet de réaliser rapidement de grandes structures, tout en gardant une fragilité qui évoque l’éphémère.

Son travail s’inscrit dans une démarche sociologique. L’idée est d’égayer, mais aussi de décloisonner, de créer un pont entre les passants / le public et les artistes. À travers ses installations, Idys cherche à proposer une fenêtre vers autre chose que le quotidien. Une bouffée d’air frais vers des rêveries, pour susciter des instants d’échange et de rencontre. Cette envie de travailler en relation avec le lieu, les habitants, ou l’histoire du lieu, a toujours été primordiale dans son processus de création.

FacebookInstagramWeb

Propos issus et adaptés du site web d’Idys.
Interview réalisée par Mickaël Arnoux et Sarah Dominge.


Les autres interviews :

Programmateur à Superposition, SITIO et Urban Art Jungle Festival. Retrouvez le sur le blog pour les actualités musicales de l'association, des articles thématiques ainsi que pour la série de podcast des Bamboo Shows.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *