Exutorium Endogénique : l’exposition de Spirale au Fort

Exutorium Endogénique : l’exposition de Spirale au Fort

Cet été, le Fort Superposition démarre son nouveau cycle d’expositions, entre solo-shows et duo-shows aux côtés de 7 artistes en résidence. Du 4 au 27 juin, pour commencer cette programmation en beauté nous présentons l’exposition « Exutorium Endogénique » avec l’artiste Spirale. Après avoir débuté sous l’influence des cultures urbaines, comme le skateboard, il ne cesse de développer son univers coloré regorgeant de symboles et de liens universels. Pour l’occasion, Spirale a répondu aux questions sur sa première expérience solo qui résume le fruit d’une résidence de 10 mois au sein du Fort Superposition.

Comment appréhendes-tu ta première exposition personnelle ?

C’est à la fois excitant mais également une grosse remise en question de tout le travail qui a été fait en amont : est-ce que je présente mes nouvelles œuvres ou est-ce que je reste sur mes acquis ? Dans mon cas, c’est vraiment ma première grande exposition personnelle, donc j’avais envie de mélanger les deux. Je voulais montrer l’univers qui est le mien depuis des années et en même temps tenter de nouvelles expériences.

Spirale peignant des panneaux colorés
Œuvres de Spirale – Photo de Lionel Rault

« Exutorium Endogénique », pourquoi ce titre ?

J’avais envie de véhiculer l’image de quelque chose de très profondément ancré en moi qui sort au grand jour et se répand. Il y a tout d’abord le mot « exutorium » du terme « exutoire ». Puis, « endogène », un organisme qui se développe à l’intérieur d’un autre. Le nom de l’exposition, c’est un mix entre ces deux concepts, c’est quelque chose qui se répand à la fois à l’intérieur et à l’extérieur.

Le thème principal de tes œuvres est le lien entre les différents individus. D’où te vient cette passion ?

C’est plutôt une observation. Au fur et à mesure de mes expériences vécues, ce sont les relations humaines qui m’intéressaient de plus en plus. Comment elles se développent ? Comment elles changent notre existence ? Ici, je fais une synthèse, qui n’est ni positive ni négative, de cette influence des liens dans la vie réelle mais aussi via les réseaux sociaux. Je mets souvent des câbles sur mes travaux qui symbolisent l’utilisation du téléphone et d’internet dans lesquels on est tous plongé aujourd’hui. Ces technologies changent la façon dont on se voit et la façon dont on se parle. J’observe de loin les relations humaines et je regarde comment elles évoluent.

Exposition superposition fort
Œuvres de Spirale – Photo de Lionel Rault

Ta première exposition a lieu au Fort Superposition. Comment Superposition t’aide dans tes projets ?

Au début, je connaissais l’association d’un point de vue extérieur, autrement, comme un spectateur. Maintenant, j’ai un atelier où je peux développer mon art. Par ailleurs, l’association m’aide à me structurer, à avoir un fil conducteur pour cette exposition, à organiser et titrer toutes les œuvres par exemple. L’artiste ne doit pas partir dans tous les sens, il doit avoir de la cohérence et de la corrélation dans tout ce qu’il fait. Grosso modo, Superposition m’accompagne vers ce qui est mieux pour moi et pour mon univers artistique. En plus, elle me donne la visibilité et l’espace pour exposer. Lors de l’exposition, elle parle de mes intentions aux visiteurs quand je ne suis pas disponible pour le faire. Donc, Superposition a un rôle important car elle fait aussi la médiation entre l’artiste et le public.

Le public d’«Exutorium Endogénique » aura la possibilité de voir la quintessence des inspirations de Spirale. Le mélange de petites et grandes surfaces, entre toiles et murs, et met en évidence une trame visuelle expressive de l’artiste. Rendez-vous jusqu’au 27 juin !

Facebook Bannière Spirale avec son design coloré

Articles qui pourraient vous intéresser :