Superposition fête ses 3 ans !

Superposition fête ses 3 ans !

Dimanche 17 février, cela faisait exactement 3 ans que les fondateurs de Superposition déposaient les statuts de l’association ! Depuis 2016, l’équipe œuvre quotidiennement pour la démocratisation des arts urbains, mais aussi plus largement des cultures urbaines. À l’occasion de notre anniversaire, on revient avec grande émotion sur les évolutions de l’association, ce qui fait son histoire et ses valeurs.

La naissance de Superposition

« Au début, on avait beaucoup de potes artistes et on avait cette volonté de remettre des couleurs dans les rues de Lyon, car on trouvait la ville un peu tristoune » nous raconte Orbiane, présidente de Superposition. « Tout a commencé autour d’une bouteille de vin, il y avait cet appel à projet proposé par la DRAC, la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Il fallait une structure, nous avons donc créé l’association et candidaté au projet une semaine plus tard ! Bien sûr, le jury a remarqué que cette proposition avait été faite en dernière minute et notre candidature a été refusée. Mais l’important, c’est que l’association avait été créée, le projet était lancé ! »

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes debout et barbe
Orbiane, Rodolphe, Marion et Hélène, les fondateurs de l’asso !

« Des projets plein la tête, le premier était de repeindre tous les escaliers des pentes de la Croix-Rousse, et ainsi réenchanter la Ville, comme disait Marion qui était la porteuse du projet. Cela a pris du temps, mais ça ne saurait désormais plus tarder : les premiers seront les escaliers Mermet ! Les marches arboreront les motifs organiques et végétaux de l’artiste Wenc à partir du mois de mai. »

Nous avions l’envie et l’énergie de réenchanter notre ville, avoir l’impression de partir en vacances alors que t’as juste pris le métro, créer de la valeur sociale par l’art.

Orbiane

Le nom de l’association : Superposition. La superposition, comme la technique de peinture. Mais aussi comme le verbe : «se superposer» à la ville, à ce qui est déjà existant. Se greffer à d’autres projets, collaborer.

Ses missions : promouvoir les artistes émergents, mais aussi démocratiser les arts urbains dans leur ensemble, ouvrir cette discipline au grand public et revaloriser l’espace urbain. Aujourd’hui, nous cherchons aussi à fédérer la population locale et lui permettre de se réapproprier son environnement.

Depuis sa création, l’association a beaucoup évolué, l’équipe s’est agrandie, les rencontres se sont multipliées. Revenons ensemble sur les points qui font l’ADN de Superposition aujourd’hui.

Aucune description de photo disponible.
Urban Art Jungle Festival #1

En quelques chiffres, Superposition c’est :

  • 3 années d’existence,
  • 1 galerie dédiée à l’art urbain dans le 2e : SITIO,
  • 90 artistes accompagnés dans le large spectre des cultures urbaines,
  • 19 solo shows à son effectif,
  • 10 expos collectives,
  • Bientôt 5 éditions de l’Urban Art Jungle Festival,
  • 2 éditions du festival Métamorphe,
  • 30 artistes rassemblés au pôle Confluence pour One Shot,
  • 2000m² de pavés peints rue Vicor Hugo avec 11 artistes,
  • Urban Pop Up : une série de galeries éphémères dans une coque (boutique) inoccupée d’un pôle commercial,
  • + 100 rassemblements et événements,
  • 3 000 adhérents,
  • +100 bénévoles (sans qui rien ne serait possible, MERCI!),
  • +10 000 bombes de peinture vidées,
  • +15L de thé vert absorbés par jour de travail,
  • 1 grande famille pleine d’amour et de bonne humeur.

Pour rejoindre la mif :Appel à SuperBénévoles Collisions Urbaines & UAJ#5, Rejoignez notre programmation artistique 2019!

Le street-art sur le devant de la scène

Superposition c’est avant-tout une association dédiée au street-art, avec pour objectif de faire de Lyon une capitale incontournable de l’art urbain, tout en mettant les artistes locaux et émergents sur le devant de la scène.

Premiers événements

« En mai 2016, on lance le collectif coloré avec l’événement Hashtag Superbien ! Un open air où plein d’artistes viennent repeindre tous les rideaux de fer de la rue Longue. Ont répondu présents : Kalouf, Rezine, Y?not, V2M, Inert, Pascal Blanchard, Poppy At Work. Il y avait des échanges avec les artistes, de la peinture live, de la musique, à manger et à boire… Bref, c’était super bien ! »

A suivi en juillet 2016 SuperAloha, sur le même principe mais sur le store d’un resto dans le 7ème. B00K, Don Mateo, Théo Haggaï, Sphinx, Mačka et Chufy, avec l’aide des visiteurs, avaient contribué à transformer les lieux en île tropicale des Bahamas…

Puis en septembre, 1er Urban Art Jungle, festival des cultures urbaines. « Le frère de Marion stockait des meubles dans une ancienne scierie, qui est aujourd’hui « La Commune ». On a ouvert la cour et l’une des salles, on a trouvé un nom, et en un mois et demi d’orga, le festival était là ! C’était un truc posé, entre potes. L’ambiance était bonne, les gens étaient heureux… Il y a tout de même eu 2500 visiteurs sur les 3 jours, on s’est fait éclater ! »

Souvenez-vous aussi des Inside Art, îlots d’art éphémère en appartement ou nous avions littéralement vidé l’appartement de Lois & Orbiane.

La cinquième édition de l’UAJ arrive à grande vitesse, ainsi que son Warm Up : Collisions Urbaines et sa programmation résolument axée Graffiti.

À lire aussi : Urban Art Jungle Festival, La programmation Street Art – Collisions Urbaines

Première galerie

« Le mois d’après, on est finalement arrivé rue Longue. C’était gris et on ne peut pas dire ça sentait la rose… On y a mis de la couleur, on voulait inciter les gens à lever les yeux, à être moins sur leurs téléphones. Mais aussi à changer de chemin de temps en temps, à explorer la ville. C’était un concept de galerie novateur. In-situ et ex-situ. En fait, comme il y a souvent eu ce débat sur le street-art : doit-il être dedans ou dehors, à la galerie rue Longue, on avait les deux. » explique Orbiane.
Les artistes exposés : des artistes locaux et émergents, sur des cycles d’un mois. C’est Khwezi qui a ouvert le bal, puis il y a eu Théo Haggaï, Y?not, Angelina Guez, Dodo Ose, Tarek, Mačka, Sphinx, Chuffy, Wenc, Florent España et Agrume. Chacun a repeint les stores de la rue et a réinventé la galerie à son image. »

Du premier au deuxième…

« Et puis, en février 2018, déménagement ! Car on commençait à se marcher dessus rue Longue. On était 6 autour d’un bureau, c’était plutôt exigu ! On souhaitait aussi aller plus loin, avec des plus grands formats d’expos, organiser des conférences, des projections, des concerts (avec Loïs a.k.a. Erevan DJ qui est rentré dans la team), élargir le spectre de ce que l’on pouvait présenter. » se souvent Orbiane. C’est ainsi qu’est arrivé SITIO, nouveau fief interdisciplinaire et point central de Superpo-sitio-n. Le 2e et la place Gensoul sont devenus notre nouveau terrain de jeu et de nouveaux challenges sont arrivés !

Nous vous parlions par exemple plus récemment de One Shot et d’Urban Pop Up au pôle Confluence et de la fresque rue Victor Hugo et place Ampère, des projets ayant pour objectif de « réveiller le quartier et d’ouvrir les yeux de tous sur le street-art. »

A lire aussi : L’exposition « One Shot » tire sa révérence, La Fresque rue Victor Hugo en images, URBAN POP-UP #1 : le come back de Superposition à Confluence !

L’art contemporain pour tous et par tous !

L’une des valeurs premières de Superposition : rendre les arts urbain accessibles à tous, amener le regard du grand public sur les artistes émergents, les pousser à entrer dans les galeries, à ouvrir les yeux et à se poser des questions.

Pour cela, l’équipe a mis en place des ateliers – gratuits le plus souvent possible – et pour tout âge, des initiations au graffiti, à la céramique, à la peinture… Des séances accompagnés par des artistes pour développer sa créativité.
On a pu voir des enfant graffer sur le sol avec Khwezi, peindre avec Alex Beretta, faire des pochoirs avec Bambi ! Des visites commentées avec des médiateurs/trices sont aussi mises en places pour les visiteurs et les groupe scolaires, les MJC.

Au sein de l’équipe elle même, chacun garde une certaine liberté de développer des initiatives au sein de l’association ! Comme le côté musique mis en place par Loïs, ou les concepts d’expositions alternatifs de Stéphanie, la programmatrice artistique de Sitio ! Cette dernière, en collaboration avec Romain Hurdequint, skateur passionné à l’origine de The Daily Board, à lancé le concept de Skate Station, mêlant art et planches à roulettes »

L’accompagnement des artistes au coeur de la démarche de Superposition

Depuis 2016, Superposition a accompagné plus de 90 artistes dans leur développement artistique et professionnel. Et c’est aussi grâce à eux que l’association est là aujourd’hui. Aux côtés de l’équipe, ils produisent leurs premières expositions solo-show, accompagnés pour les démarches administratives et la communication. Réalisations artistiques extérieures et collaborations leur sont aussi proposées, jusqu’à ce qu’ils volent de leurs propres ailes !

“La galerie Superposition est dynamique et elle m’a souvent invité à participer à des événements urbains à Lyon me permettant de faire connaître mon travail dans cette ville. J’ai choisi de travailler avec cette équipe car elle représente pour moi ce que je recherche dans une collaboration : la volonté de faire des choses de qualité, l’ouverture sur le monde et l’envie de se dépasser. Orbiane est une personne exceptionnelle qui a su s’entourer de personnes compétentes et motivées. Superposition est ma galerie à Lyon et j’en suis content !” (Tarek Ben Yakhlef, artiste peintre)

“Superposition pour moi, c’est tout ce dont peut rêver un artiste, en mieux. Depuis 2016, ma collaboration avec l’association m’a clairement propulsée. La qualité des rapports humains, l’accompagnement, la pertinence des projets proposés, le professionnalisme de cette équipe toujours aux petits soins et qui prend le temps de nous connaître : tout ça a contribué au lancement de ma carrière, à une mise en confiance tellement nécessaire dans notre métier souvent précaire.
En outre grâce à la mise en réseau des artistes, Superposition est devenue une grande famille.
Aller plus loin dans cette démarche avec le projet d’incubateur, ce serait permettre la professionnalisation de nombreux artistes. À titre individuel, je suis particulièrement intéressée par l’idée d’un espace de résidence.” (Parvati, street artiste)

L’association entend aller plus loin dans cette démarche et travaille en ce moment sur un projet d’incubateur artistique complet dédié au street-art. Il offrira aux artistes un atelier ainsi qu’un écosystème artistique favorable à la créativité et développera les échanges avec l’étranger, et le public rhônalpin.

Loodz © Miss Den’ki

Lire aussi : L’exposition « One Shot » tire sa révérence, La Fresque rue Victor Hugo en images, La 2ème édition de Skate Station invite 16 tatoueurs à SITIO

Changer de disque

Superposition, c’est aussi des concerts, des dj’s, des podcasts, des teufs dans la cave de Sitio. Arrivé fin de 2016 dans l’équipe en tant que bénévole pour s’occuper d’une partie de la programmation musicale de l’UAJ, c’est Loïs qui est à l’initiative de cette facette de Superposition.

Le programmateur musical de l’équipe explique « On a cherché à promouvoir la scène électronique alternative. Il y a un raccourci entre street art et hip-hop qui a été trop souvent fait et qui n’est pas forcément systématique. Aussi, dans les événements grand public, on retrouve beaucoup de house, de techno et de disco sans que l’on aille vraiment chercher plus loin. La frontière est fine, mais il y a une réflexion à avoir sur le style, pour se positionner différemment, et là aussi faire découvrir un certain type de musique à un public novice. Après, il faut savoir s’adapter à ce public qui représente une bonne partie de nos festivaliers en journée par exemple. Au contraire des nuits où on va pouvoir inviter des artistes plus alternatifs, et mixer les curieux aux initiés. »

Bamboo Spirit

« Fin 2017, sont arrivées au Café Galerie les soirées Ils tapent sur des Bamboo, une référence à la chanson de Philippe Lavil, avec Leo. C’était l’occasion de promouvoir régulièrement les musiques associées à Superposition, avant l’ouverture de Sitio et de sa cave voûtée. En janvier 2018, on a lancé la série de podcasts Bamboo Shows. À ce jour, c’est déjà 25 podcasts, 37 artistes, 13 000 écoutes, qui ont délivré sur un rythme bimensuel leur conception du bamboo spirit. Entre sophro auditive, réminiscences 90’s, rythmiques breakées et inspirations exotiques » résume Loïs.

« En arrivant à Sitio, on a déplacé les soirées dans la cave pour en faire en fonctions de nos envies, des disponibilités… et du voisinage. On avait pris un rythme d’une soirée toutes les par mois, qui venait s’intégrer à une programmation musicale hebdomadaire, mais on a ralenti ces derniers pour le contentement de ces derniers. Mais aussi et surtout car on a 2 festivals qui arrivent et sur lesquels je suis chef de projet, ce qui demande énormément de temps et d’énergie.  »

© Florine Jeannot

Pour la prochaine édition de l’Urban Art Jungle Festival, et son warm up « Collisions Urbaines », donc, nous sommes heureux de pouvoir proposer parmi ce qu’il se fait de mieux sur la scène locale. On tisse aussi des liens à l’échelle nationale depuis l’UAJ #3 (Saint-Étienne / Paris / Grenoble / Valence…), et sur l’UAJ#5 on devrait accueillir nos premiers artistes internationaux sur le festival, même si c’était déjà le cas à SITIO. En somme, c’est une trentaine de DJs sur chaque édition. »

Voir aussi : Site web des Bamboo Shows , programmation musicale de Collisions Urbaines

S’engager

L’égalité sociale entre hommes et femmes, une autre valeur forte du collectif. Les Festivals Ruelles, puis Métamorphe rendent hommage à l’effervescence esthétique féministe, avec la volonté de susciter une réelle attention sur des femmes mais aussi des hommes se positionnant comme artistes engagés dans la cause féminine. « Une recomposition de la gente pas le mélange des genres, unis sous la bannière de l’art » comme le disait si bien Kim, chargée de projet de la précédente édition du festival.

À l’heure où les déchets plastiques jonchent les fonds marins, où les orangs-outans disparaissent au rythme de 25 par jours, comment ne pas se soucier de l’environnement ? Inviter Kalouf pour un Solo Show dénonçant le green-washing nous a permis, on l’espère, de sensibiliser quelques-un de nos visiteurs, de même pour la projection « En quête de sens », film citoyen et participatif. Avec One Shot, nous avons invité 25 artistes à se rassembler au tour du thème du réchauffement climatique, donnant chacun leur vision du problème et questionnant le rapport du visiteur à notre écosystème.

Bur – One Shot © Florine Jeannot

Le Bilan

L’heure des trois ans rime souvent avec bilan, l’occasion de faire le point avec Orbiane présidente de la structure sur l’engament au quotidien de superposition.

« Superposition, c’est un message plein d’espoir au quotidien, c’est l’impulsion de proposer des projets différents, de mettre les artistes que l’on admire en avant, c’est de l’adrénaline, et aussi un risque constant et un engagement au quotidien.
Je suis fière de constater que des modèles différents peuvent exister, et surtout se pérenniser grâce à des équipes dévouées. Bon nombre de nos actions n’ont pas pour vocation à être rémunératrice, et le resteront. Nous avons à cœur de pouvoir toucher des publics éloignés de l’accès à l’art, de pouvoir accompagner des artistes et les encourager dans leur développement. Chaque relation est différente, qu’elle soit amicale ou professionnelle, chacune par sa richesse participe à une synergie incroyable.
La passion, tiens ! Un élément clef de l’engagement de superposition, et de toute son équipe, qui oscille entre salariés, services civiques, freelance et stagiaires. Je remercie d’ailleurs toutes les zouzs et les zoup passés par notre structure, ceux qui aident un temps, ceux qui restent et ceux que l’on doit laisser filer par faute de moyen. »

« L’engagement, au quotidien relève aussi parfois d’un challenge d’équilibriste, Superposition, association loi 1901 n’est pas subventionnée, et s’autofinance. Bien, nous dirons certains, auxquels je répondrais qu’il est dommage de ne pas investir plus massivement dans la culture et d’encourager le vivier d’artistes tellement incroyables à Lyon à s’exporter.
Cette rétrospective de 3 petites années d’existence me touche, nous croyons en nos rêves et nous donnons les moyens à vos côtés d’aller plus loin. L’énergie, 3 ans plus tard, n’a pas disparu, au contraire, nous apprenons et en sommes émus.
Comme dirait un artiste qui se reconnaîtra, l’aventure continue ! Et j’ajouterais, elle continue avec vous !
Joyeux anniversaire à SUPERPOSITION, de belles surprises arrivent ! »

Rendez-vous à Collisions Urbaines pour danser, créer, rire, s’émerveiller, fêter avec nous les 3 ans de Superposition !

3 comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *